Postcards of contemporary artists
cARTed Network
The cARTed Picture Show
Sculpture Amicale - Friendly Sculpture
cARTed Junction
Loguivy Plougras (Côtes d'Armor) - du 1 au 5 août 2002 - series 135, 136 & 137

66° rencontre

accueil / Greeting :
Vic + Mic Slakey à Toul Ar Min
Rencontre de 4 jours

Junction Album :
Présentation
galerieGalerie de la rencontre
galerieGalerie des conférences
galerieGalerie de portraits par Theo
galerieEpopée héroïque d'Hélios
galerieRoman-photo de Claudine

Junction Cards :
carte de Michael Slakey carte de cARTed carte de cARTed carte de cARTed carte de cARTed

In Memory of Michael

Images : Sophie Aumont, Alain Biet, Alain Buhot, Anne Cartel, Annette Griesche, Raymond Horlo, Carine Ladoire, Yveline Lecuyer, Pascal Pithois, Michael Slakey, Theo Slakey

Michael Slakey
Michael au jardin

1° Rassemblement des O.R.C.
Epopée héroïque d'Hélios Sabaté Beriain

1*
Je reconnus aussitôt le lieu de célébration, non sans éprouver quelque effroi, c'était bien là que la chose eut lieu et fut consommée. L'échelle verticale était encore dressée au milieu des champs vers les cieux attentistes, solitaire et froide porteuse de mauvais présage, je tressaillis à sa vue. La lune elle-même était venue se loger par on ne sait quel enchantement entre les deux fourches extrêmes et ne semblait pas en déloger, comme si par quelque maléfice, elle demeurait bloquée dans ce sinistre théorème pour l'éternité. Traînant avec elle le triste destin de l'humanité, enfin mêlé au sort qui fut réservé au malheureux berger de Tour al min, crucifié dans les airs en cette année MMII pour les Rencontres Estivales de Carted. Devant ses amis et une famille éplorée de faire le pénible constat de sa disparition en ce plein mois de juillet, alors qu'un étrange soleil, aux dires des assistants, brillait tout particulièrement en cette heure fatidique (de 14h50). Les amis et la famille furent contraints de constater la subite et totale disparition du berger de Tour al min, à l'instant même où une bulle translucide vint à passer devant le malheureux. Il fut rapporté quelque temps plus tard, qu'une sorcière mal intentionnée à l'égard du berger, souffla la bulle afin de jouer un tour au berger depuis longtemps jalousé pour sa beauté. La femme du berger, une Victoire venue de cette Hague, où ne pousse que bruyères et bulles nucléaires, était amplement en attente d'un troisième enfant, elle avait hérité de quelques parentes, le don de la manipulation des herbes. Ainsi fait, elle put grâce à son art, redonner forme humaine au berger à l'imprononçable nom, une fois retourné en ses terres. Mais, il y avait une condition à respecter, que celui-ci ne cessât de fumer une herbe connue seulement de sa femme, et qu'il devait consommer obligatoirement en fin de journée et tard la nuit, d'un goût âcre et épicé qui lui faisait parfois perdre connaissance tant il en usait et abusait. Aussi, il fut institué une coutume dans le pays de Tour al min, que les invités se devaient à leur tour de goûter ce calumet lors de leur visite chez le berger Mvslakey. Certains dit-on y prirent goût et revinrent assidûment le voir. Mais revenons maintenant au fait de la sorcière. Elles étaient en vérité pas moins de trois, venues des quatre coins de l'hexagone. La première plus identifiable était une grande liane, ondulante et bruyante tant elle parlait et bougeait tout le jour et ainsi la nuit. Personne ne la vit dormir une seule minute pendant son séjour lors des rencontres estivales. Un petit groupe en promenade la vit une fois se jeter dans l'eau glacée de l'océan et en sortir comme si de rien était. La Puget, ainsi l'appelait-on, fumant la pipe telle une gitane, fit venir ses deux autres acolytes. Une de l'Est Lyonnais, qui semblait vouloir qu'on la nommât Maryse et ne se déplaçait qu'en voiture décapotable. Enjôleuse et envoûtante comme une huître, elle courait tout le jour la région, coiffée d'un étrange chapeau rouge surmonté de petites cornes noires, à interpeller les paysans dans leurs jardins, par-dessus les murets qu'elle chevauchait sans façon. Et une autre encore, douée d'une rage d'organisation, passait ses journées en sabot à organiser on ne sait quels plans et déplacements. Il fallait les voir toutes les trois réunies à manigancer à voix basse. C'est là, qu'elles rencontrèrent et envoûtèrent une charmante jeune fille venue du Jura. Une Ophélie aux longues tresses brunes, qui gardait le rire tant qu'elle était éveillée. Elles l'appelèrent Jessica. Fiancée à un jeune travailleur immigré, tout blond et frisé, de muscles et de poils dorés, il ravissait toutes les vieilles filles locales qui n'avaient cesse de le requérir pour des services de tout ordre contre quelques pièces. L'Ophélie, de s'en émouvoir, préférait la promenade en sous-bois. C'est bien là, qu'elle devait rencontrer nos trois furies. Le jeune travailleur immigré n'en sut jamais rien et personne se garda de médire sur la fiancée.

2*
Il faudrait rappeler ici, que tout ce joli monde était reçu à Tour al min, à l'initiative d'un énergumène officiant à quelque mille lieues de là dans le Cotentin, un Pisthoi jaune et maigre comme on en vit peu dans ces parages. Il passait toute sa nuit et une bonne partie du jour dans une pièce noire à fumer du tabac, à envoyer des messages incompréhensibles au monde entier, se supposant d'une liste d'individus de lui seul connus. Tant qu'on pu penser qu'il conspirait avec l'au-delà, montrant un acharnement peu commun à gribouiller ses envois toute la nuit. Il usait également de cartes postales qui embouteillaient constamment le central de la Poste local car il savait créer des réseaux en cette matière d'envois, là encore les messages demeuraient très souvent hermétiques pour quiconque. Aussi, il vous étonnera peu, quand on vous dira que l'épouse de ce Pisthoi passait son temps à raconter d'invraisemblables histoires à faire frémir un chardon, avec un sérieux et une assurance qu'on ne pouvait que s'y laisser prendre dès qu'elle vous entretenait sur n'importe quelle affaire ou enquête. Dame Ridoine, d'une placidité contrastante; autant le mari semblait agité, autant la femme vous semblait olympienne. Aux dires du voisinage, elle fumait sinon plus que le mari, mais n'était pas aussi jaune que son homme. On ne les vit jamais ensemble à table ni en cuisine, alors même que le curieux couple avait fait une petite fille qu'on prénomma, en hommage à une grand-tante, Carmen, rose et jolie comme une fleur. Mais plus calme que les deux adultes qui l'élevaient tendrement, dans cette âpre région du Cotentin, peuplée de gens qui aiment peu l'eau et surtout n'en abusent pas, à l'avoir constamment sous les pieds. C'est donc, de là que partit l'idée de faire ce voyage en Bretagne, et rendre visite au berger de Tour al min et sa charmante famille, ou disons son étrange famille. Car aux dires d'une voisine au lourd accent qu'on ne sut jamais d'où celle-ci pouvait venir ni le tenir, dame Victoire passait beaucoup de temps à étudier dans les livres, mais aussi les étoiles et les herbes folles. Elle initiait ainsi fort bien ses deux enfants, très intelligents, à l'art de l'observation de la nature des choses. Un détail cependant nous échappe ici, c'est qu'une des trois commères avait été vue chez les Pisthoi quelque temps auparavant, et même après la fameuse rencontre de Tour al min. Celle-ci portait un nom de cerise qui n'a pas vu le soleil depuis l'aube des jours, elle nous descendait des noires forêts de la Sarre bicéphale et inscrivait tout ce qu'elle entendait durant le séjour. Donnant des ordres toute la journée à qui lui passait à proximité, posait des questions à faire se retourner un caillou. Dotée d'un oeil électronique, elle enregistrait la moindre scène lui inspirant quelques interrogations et s'en allait aussitôt les archiver. Les trois commères s'enfermaient souvent dans un petit bureau attenant à ma chambre, très agréable bureau le jour, on ne les entendait plus que murmurer ou siffler de lugubres airs. Par la porte entrouverte, je pus un jour les observer quelques brefs instants, car dotée d'un sens que le vulgaire ne possède, l'une d'elles referma la porte d'un geste vif sans bouger de son siège.

3*
Celle qu'on entendait le plus cousait de fil de couleurs, des mots que personne n'aurait jamais osé prononcer, sur des cartons ou cartes postales qu'elle remettait au sieur Pisthoi, c'était la Puget callipyge, extraordinairement bavarde. Les trois consoeurs se préoccupaient bien peu de ce qu'il pouvait y avoir à servir au dîner avec un tel monde dans la maison, mais les choses se firent sans qu'on eut à se poser de questions et même se firent au-delà de toutes espérances. Cela en bonne part, grâce aux attentions de dame Victoire qui aidée de ses deux enfants, aimait aussi la grande musique, pourvoyait discrètement à servir pitance à ce joli monde. Notons en cette occasion, à servir largement et abondamment ; car il y avait parmi les invités un personnage redoutable de candeur, qui sans bouger de sa chaise, pouvait, tel le caméléon, lors du passage des plats, s'en saisir d'un entier et l'avaler d'un trait. Ce qui faisait office de plat pour les autres, pour lui faisait office d'assiette. Le pichet toujours tendu, il se postait près de la fontaine aux vins et se désaltérait sans pitié. Il faut dire que le service des vins était généreusement pourvu et qu'il ne manqua jamais de quoi boire de bon en ces dîners. Ce personnage polyglotte se tenait ainsi frais, près de la fontaine, se mouvant peu et s'entretenant dans toutes les langues avec chacun comme si normal était la chose de posséder un tel don. Il étonna tous les convives, quand il s'agit d'aller visiter une admirable côte de granit rose, tant par sa légèreté que son empressement à aller voir plus loin encore quelques grottes mégalithiques qu'il affectionnait par-dessus tout. Le curieux personnage, car il était curieux de tout, voyageait toujours dans une petite voiture qu'il conduisait avec grande aisance. À quelques mois de là, pour de nouvelles festivités, il nous présenta sa femme candide, usant de palabres ibères de ses lèvres pourpres et de ses yeux clairs d'impératrice russe. Le mari et la femme avaient, sans le faire exprès, donné jours à une nymphette savante au teint de pêche qui ne se nourrissait que de fraises et crayonnait des poèmes sur les nappes de papier tôt le matin. Revenons au mari du surnom de Rudax à qui voulait l'entendre, faisait le dos rond tout le jour pour un philisthin qui avait parcouru le globe, fuyant l'armée du grand Turc. Notre ami du Levant venu, ayant tranché sa tresse, mordillait dans des instants paroxystiques le lobe de l'oreille de sieur Rudax. Pan-Pan ou Phan-Phan s'étouffait aussitôt de rire à en perdre haleine, se roulant par terre les jambes moulinant les airs. Il y aurait fort à supputer sur ce personnage bistre et peu poilu, mais encombrant s'il venait à se découvrir une dévorante passion pour vos lobes d'oreilles. Pour ma part, je n'eus jamais à en souffrir, car dès qu'il s'épanchait sur son funeste destin, son ton devenait des plus grave, et me contait à chaque fois l'étrange histoire d'une famille princière décimée par les armées du grand Moghol. Il avait perdu dans ces guerres iniques, plus d'une douzaine d'aïeuls et tout autant de grands-parents, que je vins à me demander : comment était-il lui-même parvenu jusqu'à nous ? Je reviendrai dans un autre temps retrouver cet attachant ami Phan ou autrement Dien, dont il y aurait beaucoup à dire.

4*
Mais l'instant est tout trouvé de faire arrêt sur les événements et marquer quelque attention à un autre habitué de ces festives soirées. Ce dernier, un vrai tohu-bohu, tout droit sorti d'une bande dessinée futuriste avec une mèche noire rebelle lui barrant un visage d'enfant, semblait vissé sur un ressort. Si le bougre buvait fort, il faut reconnaître qu'il gardait bien la note. Ce jeune plaisant aimant la plaisanterie, pouvait jouer de tous les instruments à musique après avoir observé un virtuose jouer sa partition. Se saisissant à son tour de l'instrument, il persévérait ainsi pendant de longues heures d'accompagnement. Le gentil plaisant avait déjà fils, Gwen, aussi savant que son jeune père ; l'enfant était un artiste-né, grand imitateur, raisonneur, et facétieux, il était aussi prolixe en bons mots et prêt en tout instant à faire la cabriole devant le Commandant. Il m'arriva à la fin d'une journée de ce séjour, de passer une nuit chez ces aimables gens de Tourlaville, et tard le soir, nous nous rendîmes dans un bistrot du vieux port de Cherbourg. Je ne me souviens plus ce que je bus ce soir-là, mais je crois bien y avoir reconnu, accoudés à un vieux comptoir de bois péché en mer, le capitaine Acab en personne, le petit Jim, la belle Irlandaise, un Zoulou presque nu et tatoué de partout psalmodiant des psaumes bibliques, plus loin encore seul dans un coin, reconnaissable à sa longue barbe de ficelle, cet intrigant Robinson. Cependant que je distinguais accrochée au mur jauni, une carte postale placardée de textes offensants signée Le Forestier, je n'en dis rien à mes hôtes. La nuit fut peuplée de curieux personnages montés sur béquilles, et très agitée. Au petit matin, la maisonnée sentait bon le café, une jolie table était dressée dans le long jardin ensoleillé, la maîtresse de maison s'affairait avec l'enfant à disposer les couverts, un barbecue grésillait prêt à recevoir quelques maquereaux tout frais péchés. Il me souvient à présent, m'être déjà rendu dans cette maison, un an auparavant. Je fus surpris à mon arrivée, d'être reçu par une rangée d'oignons lumineux au garde-à-vous, alignés le long du mur. Le jardin était pris de tables en toute sa longueur et plus d'une centaine de convives y dînaient joyeusement, comme si cela fut coutumier en ce paisible jardin. Le dîner devait se terminer très tard dans la nuit, les convives de poursuivre leur réjouissance à l'intérieur jusqu'au petit matin et il y eut beaucoup de musique encore une fois, où notre jeune ami excella à l'art de l'improvisation, le petit Gwen d'en faire tout autant.

5*
L'hôtesse de maison, une puéricultrice discrète à cheveux rouges, réglait méthodiquement le rythme de la maison et le service des boissons fut parfaitement administré. Apportant ma contribution, je prétextai à descendre quelques boissons fraîches de la cuisine qui se situait au premier étage, je m'égarais dans la partie privée de l'appartement contournant une déroutante armée de plus de cents nains d'or posés sur le sol carrelé. Plus haut, je découvris une salle à manger modern style, contrastant avec le bohème de nos amis, ainsi qu'une cheminée d'un design des plus intrigants, le verre et l'acier y avaient grande part. Au mur quelques oeuvres singulières, notamment sur la gauche un énorme sarcophage d'acier mâché et multiforme, non signé, prêt à partir dans l'au-delà, à l'aspect glacial et attachant à la fois. Au mur de face, une série de cartes étaient soigneusement épinglées, couvertes de fortes imprécations blasphématoires, je reconnus aussitôt le style de celle aperçu la vieille dans le vieux bistrot du port, signée là-aussi d'un énigmatique Le Forestier - A.F.T.P.P.F. Je me promis d'en connaître plus sur cet étrange courrier. Un point me revient également à l'esprit, que c'est bien à ce gigantesque dîner dans le jardin un an auparavant, que je rencontrai pour la première fois notre fameux berger de Tour al min. Peut-être, me fut-il présenté, bien que cette formule ne soit pas d'usage parmi les invités présents qui s'interpellaient sans façon ni retenue les uns les autres, et disons-le tout net, le plus souvent braillaient. Ce fut à cette occasion, que je croisai le glabre annamite exacerbé à mordiller les lobes d'oreilles à quelques malheureux voisins. Retentit encore son rire de hyène poussé à l'étouffement, et je revois un imposant chauve moustachu, occupant les places de deux convives, à l'accent gascon tout rouge de confusion, se couvrant les oreilles de ses mains, qui venait d'être mordu à ce sensible endroit. L'épouse de ce dernier, souhaitait examiner l'endroit de plus près, inquiète qu'il n'y eut incident plus grave, cajolait avec grand empressement notre joli gascon, sans plus savoir pourquoi était-il donc si rouge ? En cette longue tablée de plus de cent convives affamés mais non malfamés, était un accent hollandais faisant face au moustachu gascon depuis mordu, d'un enthousiasme peu commun, vantant de mirobolants projets intergalactiques et invitant chacun à apporter sa contribution s'il lui plaisait. Avec un nom de marin au long cours, ce Lens grisonnant avait déjà tout quitté mille et une fois définitivement, femme et enfant, pour enfin, après un long périple de lui seul connu, regagner son chez lui, et graffiter d'infâmes souvenirs sur du papier de chine.

6*
À retenir, qu'à l'autre bout de la tablée, avec grand bruit et désordre, le syndrome Puget, sis auprès du sieur Le Forestier évoqué plus haut, clamaient des déclarations intempestives sur les événements majeurs de notre monde, disons plutôt du leur ! Car blasphémateurs et incrédules, ils se montraient sur tout propos, mais un fort humour gouailleur amusait le public de proximité qui n'en regardait plus l'assiette. La Puget excellait encore une fois en esprit et volubilité exagérée, fascinant son entourage, encore que le pire des deux fut, à n'en pas douter, le sieur Le Forestier. Ce terrible personnage possédait une acuité d'esprit et de regard peu communs. Il vous épinglait d'un mot, si vous veniez à passer par là avec volonté de discrétion, ou de politesse de n'être pas un dérangement. Lui-même le causait constamment. Évoquant une litanie d'imprécations pseudo-poétiques, paillardes et antigouvernementales, qu'il sembla bien, qu'il fut tout le jour à se promener et à palabrer en ces gens des hautes administrations. On me rapporta pendant le dîner, qu'il leur envoyait ne nombreux courriers dédicacés, du même style aperçu dans le bistrot du port ainsi que dans le salon de séjour de nos amis. Et que certains de ces hauts fonctionnaires les sollicitaient finalement, tant ils en appréciaient la prose corrosive. L'Hervé, tel était son précieux prénom, ne bougea pas de la soirée et à la fin, toujours assis à la même place, poursuivait exténué, ses déclarations de forcené génial. Non loin de là, l'autre jolie sorcière, la Maryse coiffée, ne cessait de rire qu'à gorge déployée, tête irrémédiablement renversée. Flanquée de deux superbes étudiants havrais, semblant écouter parler sa poitrine plutôt que sa bouche outrageusement fardée ; quoique un peu nerveux, ces jeunes gens savants, la culotte trop serrée, l'écoutaient glousser et babiller indéfiniment avec grand enchantement. Cependant, qu'à l'autre bout de la table, une voix sortie de l'enfer, venait parfois faire autorité, et le vacarme cessait pour un temps. Il conviendrait d'indiquer qu'un éclectisme ravissant régnait parmi les convives. La voix caverneuse qui usurpait quelque instant l'espace provenait d'une grande Louise rousse, qui aurait poursuivi une carrière cinématographique, entouré de deux enfants, avec qui elle bavardait gaiement, si ce n'est que parfois, elle lançait à la cantonade une phrase rédhibitoire, qui laissait l'auditoire médusé par le ton et le contenu de la sentence prononcée. Avec affectation, elle distribuait parcimonieusement des tracts antidatés, n'ayant plus aucune valeur dans les cours européennes, et parfois demandait qu'on la resservît de quelques plats, avec le même ton d'empereur romain qui amusait tant les enfants.

7*
Mais je reviens à un autre épisode, où le fichu Phan s'était pratiquement jeté sur un drôle, couvert d'un chef à large bord, à qui il arriva une étrange histoire, dont le cannibale agité profita de ce curieux incident pour lui mâcher à son tour un lobe d'oreille. Le personnage de noir couvert, un lusophone zézayant pris d'une noire panique, s'était littéralement flanqué avec sa voiture sur un piton rocheux, duquel il fallut des heures et une bonne longueur de cordes pour l'en déloger. Par simple précaution, l'homme au noir s'inquiéta durant tout son séjour de savoir où était le fichu Dien, afin de s'en tenir radicalement à l'écart. Cependant que ce dernier venu s'ingénia bientôt à signer généreusement ses dédicaces, de trois lettres énigmatiques, tel zag ou vaz ou encore d'un vag, et s'annonçait à qui voulait l'entendre "imprimeur de l'alcade de la cité de Créteil". Il nous étonna plus encore, quand il prit parole pour nous informer de son projet. Nombre d'entre nous, en ont gardé un hilarant souvenir, pour ne dire, celui d'une crampe zygomatique, tant il y avait à rire de tout cela. Mais j'y reviendrai bientôt, car on ne peut accorder plus d'importance à ce sombre émotif, si l'on ne prête ici quelque attention à cet autre comparse, coiffé d'un identique chapeau noir à large bord, qui arriva presque dans le même temps, étant moi-même avec ce monsieur Victor, qui comme on le verra plus tard, cela me sera prouvé, devait parfaitement connaître cet autre porteur de galure. Pour ma part, je pensais que rendez-vous avait été pris en amont en catimini, à ces mêmes rencontres de Toul ar min, chez le gracieux berger. Autant le lusophone était ténébreux, autant le Victor C.G. était solaire. L'oeil clair, et la canine étincelante, il tenait du loup-garou apprivoisé, car celui-ci portait bouc ou collier et les oreilles pointues sous son grand chapeau, mais se montra toujours bienveillant pour chacun aux rencontres estivales, ainsi qu'à Forbach ville frontalière, où nous retrouvâmes bien vite ledit VAZ, qui pour cette fois boitait étrangement. Nous reparlerons de tout cela plus tard.

8*
Où l'on en voyait un, l'autre ne tardait pas à montrer son bouc, même s'ils feignaient de ne s'êtres pas mutuellement reconnus. Du reste, cela se confirma plus tard, à une autre soirée, parisienne celle-ci, dans l'atelier du Victor cégétiste, sis au rez-de-chaussée d'une rue piétonne très courue, il y avait là grand monde. De lumineuses et flamboyantes choses accrochées au mur, du champagne rose et de très jolies femmes, et même des chansonniers improvisant du Boris Vian, ce qui me rendit joyeux. Quand tard dans la nuit, l'autre comparse assombri, parut sans être annoncé. Le plus fort est que dans le quart d'heure qui suivit, bien que cela passât inaperçu auprès du public déjà grisé, la Maryse tout aussi coiffée qu'à l'accoutumée apparût à son tour, comme si elle sortait de terre, sans plus un mot pareillement, nous raconta des histoires à dormir debout, ce qu'elle fit aussitôt. Comme hypnotisée, ne riant plus, elle bredouilla en état de catharsis et haletante, qu'elle arrivait tout droit du Benin, tout comme si elle était arrivée de la Chapelle. Il me fallut la raccompagner plus tard, car elle ne semblait pas dans son état normal. Sur le nuiteux boulevard, titubant, elle se mit à délirer à nouveau, évoquant des visions d'horreur, jaillissant par bribes et onomatopées, en proie à un envoûtement certain. Je la laissai aux bons soins d'un gentil taxi qui devait revenir du Benin lui aussi, qui me l'amena, je ne sais où, n'ayant point entendu l'adresse qu'elle prononçait. C'est au cours du séjour à Forbach, que me fut présenté le maire de cette vieille cité arrachée à l'Autriche-Hongrie, un père-noël à crin blanc, jovial et érudit comme on en trouve peu dans ces impossibles fonctions. M'entretenant avec esprit d'une chose et autre, je pressentis bientôt qu'il souhaitait me diriger sur un propos en particulier, ce qui finalement pour un homme de cette fonction, peut aisément se comprendre, et je le laissais courtoisement m'y mener. C'est alors que se hissant sur la pointe des pieds, le haut fonctionnaire se pencha à mon oreille et me fit la révélation suivante. Que Forbach avait été choisi dans un temps premier pour être la dernière étape de la diligence en route vers la liberté. Confus d'abord, je demandai interrogateur "vers quelle liberté ?" Il me parut bien qu'à ma réponse, l'homme était prêt à se piquer, mais faisant les frais d'une telle conversation, et ceci au beau milieu de plus d'une centaine de convives qui nous dévisageaient, il fut beau joueur, et entreprit de m'expliquer. Ce n'est donc qu'au tout dernier instant et à la précipitation qu'on vota la route pour Varennes, celle qui devait mener le roi, la reine et le petit mitron, hors de France. Terrible erreur fatale qui devait les conduire tout droit où l'on sait. Alors que si la première hypothèse avait été retenue, ils seraient encore parmi nous. À ces mots, je frémis sur l'audace historique et par respect des défunts quels qu'ils soient, lui fit part à mon tour n'avoir jamais entendue chose pareille sur une énigme depuis longtemps résolue. Mais il revint à la charge, et m'expliqua, qu'au bourg voisin "xxx-x-xxxxx" la célèbre diligence y était bien passée, et qu'ils en tiraient un grand profit. Je lui rappelai que la disproportion qui régissait les deux agglomérations était sans commune mesure, et que xxxxxx-x-xxxxx pouvait bien faire état d'une invraisemblance, sans que cela portât ombrage à l'impériale cité ayant jadis appartenu à l'illustre Autriche-Hongrie. À ces mots, l'officier d'état accusa un réel fléchissement et me demanda brusquement d'où je tenais cette information. Je lui rétorquai sans faillir que c'était de notoriété publique, un fait historique même, il pâlit, vacilla et portant sa main à son large front, s'écria "ich bin verloren"* puis s'enfuit à travers la foule répétant tout haut cette même phrase. Perplexe, je pensais que j'aurais peut-être dû prendre quelques précautions sur la véracité de mes propos hagiographiques. Mais les flashs soudain crépitèrent au beau milieu de la salle bondée. Là parmi les convives, le Pisthoi figurait, ayant la veille accordé une intervention auprès des étudiants des Beaux-Arts de la ville, satisfait d'avoir pu exposer, devant un jeune public prédisposé, ses dernières élucubrations post-télégraphiques et sub-esthétiques. Il faut dire qu'il s'y entendait un peu à se lever tôt pour donner conférence aux étudiants. Tous autant que nous fûmes présents aux festivités la vieille au soir, pouvons témoigner n'avoir pas perdu du regard une seule fois le Pisthoi de toute la soirée, tant il se démenait à faire contresigner ses cartons, et ce, tout en levant le verre à la santé de tous les convives intervenant et nous étions nombreux encore ce soir-là. Il leva le verre jusqu'au petit matin, où en grande forme, il s'en fut, obstiné, exécuter sa prestation auprès des étudiants sous le charme. Son exposé pour ceux qui étaient présents fut éblouissant et divertissant, les étudiants en redemandèrent, ce qui n'est pas, comme chacun sait, dans leur habitude en pareil cas. Et les festivités reprirent en ces lieux comme il se doit.

* je suis perdu

9*
Au beau milieu de ce riche monde de province, je croisai dame Ridoine, la cigarette au bout des doigts, dont je retins quelques bribes d'une conversation qu'elle menait avec aisance auprès d'une jeune étudiante en proie à une réelle agitation. Ces fragments de phrases étaient pour le moins déconcertants et l'on comprend mieux pourquoi la jeune femme se tournait dans tous les sens, se tordant les poignées, comme si elle s'attendait à voir apparaître dans son dos Landru en personne. Je vous laisse le soin de juger des termes ici rapportés : "...l'arme dans un éclair, chuta à terre, l'impact de la balle sur la vitre était visible de tous..." interpellé par le propos peu commun dans une telle sociabilité. J'écoutais encore la dame qui du même ton poursuivait "...l'ombre du tireur fou s'évanouit aussitôt dans la nuit derrière la maison où nous étions tous regroupés dans le noir" puis encore avec la même aisance : "la malheureuse rassemblait ses dernières forces à escalader, chaussée de talons aiguilles, le muret qui la séparait de la voie ferrée, quand le train au loin siffla trois fois..." Je laissais là cette aimable héroïne hitchcockienne poursuivre ses aventures extraordinaires et m'éloignai, un frisson dans le dos. Je me heurtais aussitôt à une véritable barrière humaine, l'ami Rudax à qui voulait l'entendre me barrait le chemin tel un Faust inquisiteur, il me chuchota avec quelque douceur, comme en ont parfois les montagnes, un poème chinois que je ne saisis pas tout à fait. Puis, me présenta dans la continuité sa douce mangeuse de fraise, grande poétesse qui me piqua une colère rouge après lui avoir fait compliment pour son teint de pêche, il faut dire qu'elle n'aimait que les fraises ! Sur ce, l'impératrice russe arriva avec toutes ses origines, et tout s'arrangea. Je montai dans la voiture du Victor et y constatai la présence stoïque de VAZ dans le fond de la voiture. J'en fus un peu surpris, car il me semblait pourtant l'avoir entr'aperçu quelques minutes auparavant, sur les marches de la fondation, s'entretenir avec empressement auprès d'une jeune personne bien bouclée que je ne reconnus pas. Mais l'hâbleur lusophone tâchait alors de se montrer suffisamment convaincant, lui sifflotant un fado à l'oreille et même quelques paroles qui portaient sur une sardine fraîchement promise ? Enfin, il était maintenant de la partie pour la suite de la soirée qui s'annonçait des plus exquises. Quand un nouveau convive s'engouffra dans la voiture, elle était polonaise avec un fort accent et s'assit sans façon sur mes genoux, la voiture démarra suivant d'autres véhicules afin de ne pas s'égarer dans la ville, ce qui n'était jamais bien vu du Pisthoi, qui appréciait par-dessus tout que son monde soit présent à tous les événements culturels et festifs organisés sous son mandat. Je reviendrai plus tard sur les diverses formes de représailles qui pouvaient alors s'exercer ou autre subtile pression à la suite d'écarts, sur un des membres de cette aimable société.

10*
Il m'en vient une aussitôt, et c'est de la Maryse qu'il s'agit, car elle avait donné rendez-vous à un marin ébahi par ses apprêts, nous ayant par ailleurs promis un retour rapide avant le soir tombé. Aussi, quand la nuit déjà bien avancée, nous comprîmes tous que la Maryse ne serait pas de retour avant le petit matin, le Pisthoi manda la Griesche, fichue d'un tablier de campagne à tuer le cochon et de ses sabots sonnants trébuchants alors qu'elle faisait état du rationnement, pour fermer le portail du campement le restant de la nuit. Ce que l'Annette têtue s'empressa d'obéir sans perdre de temps, voulant jouer un bon tour à sa consoeur. Mais n'oublions pas qu'en tout bons ou mauvais projets, ces deux coquines marchaient souvent ensemble et connivence ouverte. Le midi était déjà bien sonné, quand nous vîmes tous arriver la pomponette avec la marque de quelqu'un qui n'a pas beaucoup dormi, mais qui ne s'en porte pas plus mal. Elle affichait insolemment une aise et un balancement de romance à la limite de la décence, et surtout pas de regrets, encore moins d'excuses. Mais dans cette gente société, on oublie vite l'affront et l'affaire close, les ateliers reprirent de bon coeur, tout le monde se mit au travail avec entrain. L'Annette à lunette électronique, repartie bougonne dans les communs recenser les cageots de fruits et légumes, prétextant grand travail fort urgent, mais il ne fut pas difficile de distinguer que par la porte arrière de la grange un sacré escogriffe se faufilait discrètement pour aller de toute évidence lui prêter main-forte. Ainsi allait ce petit monde laborieux, peu scrupuleux d'usage, quand surgit un jovial chevelu que j'avais déjà remarqué mais aussitôt perdu de vue. Il faut dire qu'il passait une bonne partie de son temps à courir après ses enfants, qui eux couraient beaucoup et tenaient autant de BiBi-Fricotin que des Pieds-Niquelés. Dès qu'il en saisissait un par le fond de culotte, l'autre lui échappait et occasionnait déjà quelques désastres. Parfois on en voyait un chuter du haut d'un muret entraînant avec lui une cascade d'objets se fracassant et repartait aussitôt à toute vitesse. Seule dame Ridoine avec ses talents de conteuse savait les neutraliser. Elle commençait alors une histoire qui ne connaissait jamais de fin, ni de début, mais surprenait les enfants par la tranquillité du ton, les plongeant immédiatement dans un suspens qui dépassait leur entendement. Comme la chose interdite attire, ils demeuraient ainsi à attendre la suite d'un conte sanguinolent où les héros du jour allaient jusqu'au bout de leur forfait en toute impunité. Signalons que notre jovial sauvageon avait de très beaux cheveux noirs toujours flottants, à faire pâlir les belles dames de notre société. Il se distinguait surtout, par une drôle de manie, tenant d'une main une caméra super-8, il vous intimait l'ordre de l'autre, d'aussitôt faire le cheval devant son objectif. Chacun s'efforçait alors, d'inventer ou d'improviser sur le champ, une grimace du faciès ou une expression particulière évoquant le cheval. Quelle chose saugrenue, pensai-je ? Mais dans ce séjour riche en surprises, je commençais à m'habituer de tout, même du saugrenu, qui peut susciter parfois d'excellentes situations. Et puis quoi, tout le monde cédait à ce grand cavaleur, et je crois que personne n'échappa durant ce séjour campagnard à l'impérieux besoin de l'insatiable sauvageon. Moi-même ayant été fort poliment sollicité, je m'acquittais volontiers de cette tâche, observant au préalable les précautions d'usage incontournables, finalement pas désagréable du tout, et n'en fus, compte tenu de mon âge, en rien offensé. D'autant, que par un soir pluvieux, je pus assister à une joyeuse projection de ses films et je fus immédiatement conquis par la poésie induite de ses petits événements cocasses où chacun de nous, pouvait se croire ridicule, et ne l'était en fait en rien, grâce à la vision émerveillée du brillant exalté.

11*
C'est alors que je découvris, l'étrange duo, mesdemoiselles Dupont&Dupont, hormis les moustaches, tant elles se ressemblaient dans leur élégante réserve, avec le gazouillis de béatitude qui les caractérisait toutes deux. Si l'une travaillait incessamment à poser de subtiles questions aux divers intervenants, l'autre manifestement passait le plus clair de son temps à transcrire avec forte application, sa petite langue tirée, les propos que lui remettait méthodiquement la première. Tranchant avec le reste des invités, notre paire ne fumait ni ne buvait, tout juste, si nous les vîmes quelques fois se substanter. Mais elles se montraient dévouées et enjouées, dès qu'il s'agissait de se proposer à quelques corvées auprès des autres coreligionnaires. Ceci mis à part, l'une de ces gracieuses postulantes de Port-Royal, lors d'un apéritif champêtre costumé, m'entretint en particulier, fait très exceptionnel, sur le résultat des travaux exposés, requérant respectueusement mon avis. Ce à quoi je répondis par quelques boutades, ne voulant en rien devancer des conclusions qui ne m'appartiendraient pas, et la pieuse créature se mit soudain à pouffer, comme le font les tortues rentrant la tête dans leur carapace, autant par crainte que par crainte de trop de bonheur. L'effet était séduisant et je me surpris d'en abuser un doigt. La chère enfant pouffait à chaque bon mot, rentrant la tête plus rose à chaque fois. Je ne vous étonnerais pas, si je vous annonçais qu'en ces instants, vinssent à passer par là les deux étudiants havrais ondulants, tels de superbes squales parfaitement affilés et vigilants. Je m'éclipsai devant la règle pour ne point faillir et allai retrouver les chérubins extraterrestres de la Victoire, qui comme chacun sait, nous venait du haut Cotentin à repeupler. Je trouvai Fay dans la salle des fêtes pour l'heure désertée, drôlement affublée et juchée sur un balai en partance pour une galaxie inconnue. En possession de mon appareil photo, je m'empressais de saisir cet insolite instant. Je vous raconterai plus tard, le résultat qui s'inscrivit sur la pellicule photo pour le moins lui aussi surprenant. Ou à l'occasion vous le montrerai.

12*
Quand au jeune Théo, il s'amusait à faire virevolter des ballons de couleurs qui flottaient dans l'atmosphère saturée, alors même qu'on ne les vît jamais collés au plafond, pour la bonne raison qu'on ne pût les gonfler qu'avec la bouche faute de gaz dans la maison. Lors de leur proposition au projet final, qu'ils présentèrent en compagnie de leur mère, toujours en attente, le berger ne figurant pas avec eux, leur explication nous étonna tous pour le moins et même sema quelques inquiétudes parmi le public peu disposé à entendre des paraboles parvenues de l'au-delà ou des concepts métaphysiques rapportés par les petits hommes verts clignotants que la famille du berger avait l'habitude de fréquenter. C'est alors que VAZ prit, timidement d'abord, la parole, toujours coiffé, botté, il nous exposa son penchant tout littéraire pour un chroniqueur du XIX° siècle, lointain parent probable, à qui il vouait une grande admiration voire de l'idolâtrie. Du même prénom que son biographe ledit Victor, aussi noir que le premier, avait fait ses débuts comme fossoyeur au Père-Lachaise, s'il s'agit bien du même Salmon, tenait une chronique en nécrologie, tant et si bien qu'à l'enterrement de Charles B., il décida de prendre sa place, obstinément convaincu que c'était un signe que le ciel lui envoyait. Sa carrière bien que tardive dépassa ses espérances, et il connut de son vivant quelques succès d'estime pour avoir publié dans bon nombre de gazettes un interminable feuilleton qui devait rester inachevé. Car soudain ce fut le drame, un Bonaparte le prit en grippe et lui tira dessus. La foule en délire voulant venger son feuilletoniste préféré, désormais certaine qu'elle n'en connaîtrait jamais la fin, manifesta fortement sa désapprobation lors de ses funérailles. Il s'agissait d'une sombre histoire de moeurs à rebondissements, dont je ne me souviens qu'approximativement du titre, quelque chose comme "...voyelle ...aux quatre vents, ou encore ...aux quatre cheminées ?" Je crois bien que VAZ, s'était mis en tête de terminer l'oeuvre de son maître et de la proposer aux télévisions afin qu'elle connût la postérité qu'elle méritait. Je me souviens encore du climat de rires que souleva son exposé, et un peu confus, notre littérateur ami eut soudain une idée de génie. Il fit venir près de lui, une jeune femme qui à ses côtés, commença une incroyable et torride danse du ventre ; le public de redoubler de rires, mais cette fois la partie était gagnée, il termina sa proposition sur des applaudissements chaleureux et quitta l'estrade à regret. Encore qu'à la première occasion qui se présenta, il y revint, mais je vous décrirai cela plus loin, car ça en vaut le détour.

13*
Avec sollicitude, j'observais discrètement VAZ s'éloigner, m'intriguant de façon inexpliquée, qui ce soir-là marquait de nouveau une légère claudication. Baissant par automatisme le regard, je fis alors la stupéfiante constatation que les deux compères étaient pareillement chaussés de lourdes bottes à clous, comme celles que portaient les fantassins de Garibaldi ou nos courageux soudanais à la terrible bataille de Monte Cassino. Ils n'étaient pourtant pas si vieux, qu'elle était donc cette étrange parenté qui les unissait dans leur façon de marcher ? Le victorieux Guiseppe aurait-il eut un lien avec Salmon, puisque à la même période ils auraient pu se croiser en territoire français ? Je décidai de demander quelques éclaircissements à VAZ dans la soirée, mais cette occasion ne se présenta pas. Pour sa part, la danseuse du ventre demeura sur l'estrade et s'enquit de nous communiquer son histoire tragi-comique, qui, après les rires, en fit pleurer plus d'un. Cette Joly dominicaine, avec de petits yeux noirs de milanaise, vous arrachait le coeur si elle venait à vous quémander une cigarette. De la même façon, elle était capable de vous vendre tout et n'importe quoi. Dotée de multiples talents, elle nous vendit sa recette, tous cotisèrent généreusement à sa proposition. Le souvenir de la danse du ventre devait y être pour quelque chose à mon avis. Nul ne sait encore aujourd'hui où passèrent les fonds ainsi récoltés. Car prétextant un départ urgent, la Milady s'enfuit de toutes ses roues, et je ne la revis que bien plus tard à Paris, où elle sévissait dans un cinéma d'art et d'essais en toute quiétude, dans les milieux les plus glauques des situationnistes ou autres actionnistes pétaradants. Si cette Joly ne s'y connaissait en poison, on me rapporta qu'elle possédait une grande expérience du maniement des cartes, grande joueuse de surcroît, un tatouage à l'épaule qu'elle masquait et avait fait du couvent ! Mais nous retrouverons plus loin ce Joly personnage aventureux, si ce n'est que cette affairée Mata-lady avait aussi fillette et doux mari qui l'attendaient au foyer, qu'elle retrouvait, selon ses allées et venues, quand ses déplacements mystérieux l'y menaient. On constata dans le même temps la disparition du trompettiste Martin, avec de grands regrets de la part de tous, car ce garçon de troupe jouait de la trompette comme un archange. Il pouvait jouer de longues heures, arqué dans l'effort et le rythme, tenant en haleine son auditoire. Grisonnant de la toison, sec comme un hareng qu'il consommait avec abus et dont il en dégageait l'arôme permanent autour de lui, il avait gardé une mirobolante dentition de nacre malgré son outil préféré. Dès celui-ci au repos, il n'y eut de fois que je ne le vis pas entourée de jeunes filles exaltées, admiratives et pressantes. Il est bien connu que les joueurs de cet instrument à long bec connaissent toujours un vif succès auprès des femmes, même quand ils embaument le hareng. De là à penser que la Joly Milady s'était enfuie avec le Martin, chacun le pensa à son tour, mais d'aucuns se gardèrent d'en parler ouvertement.

14*
C'était une affaire connue de tous que le fringant souffleur avait trouvé plus d'une nuit fille nue dans son lit. Nous étions habitué du fait car ce n'était pas la première fois que le sémillant trompettiste prenait fuite avec une jeune intervenante avant la fin des rencontres. Peut-être même ne venait-il là que pour cela, car à part jouer de la trompette, ce qui nous enchantait tous, je ne compris jamais ce qu'il faisait là, mais je le vis souvent compter fleurette à de jeunes recrues déjà conquises. On lui connaissait un autre particularisme, encore plus drôle celui-là, c'est qu'il maniait la tondeuse avec dextérité et quelque audace. Parfois, il lui prenait envie et se mettait à tondre gratis tout un village, maréchaussée comprise. Il me vient à l'esprit, évoquant l'uniforme, qu'il disparut une autre fois avec une écuyère tout de rouge vêtue, originaire de la ville de Caen. Jeune femme très distinguée, dont je ne sais si elle officiait dans un cirque ou pour les belles écuries de l'Abbaye aux Dames. Toujours bien mise, elle avait allure de grande abbesse, répondait au prénom d'Yvelyne, et s'évanouissait souvent à l'approche du marchand de poissons, étant réfractaire aux odeurs de marées. On me dit encore qu'elle préparait fort bien le couscous, encore que je l'imaginais mal exceller dans ce mets trop exotique pour sa classe plutôt fille de notaire à rangs de perles. Cependant, je ne peux que m'incliner devant cette affirmation, car je me souviens parfaitement avoir goûté à un excellent couscous servi des gracieuses mains de cette dame quelques années avant cet épisode. L'écuyère avait grand train de vie et pas moins de deux maisons. Je visitais en tout premier son salon d'artiste qu'elle partageait pour l'heure avec une égérie locale chanteuse de cabaret qui s'était établie une riche clientèle lors de ses tournées de complaintes celtiques dans le haut Cotentin. Le logement privé était, disons, une jolie maison de ville, légèrement à l'écart mais près de l'église. Aussi quand je fus invité pour y passer la nuit, cela me ravit fort ainsi que les quelques autres invités de qualité qu'elle avait elle-même choisis, ce dont j'étais pour ma part très honoré. Pour la cause, je ramenais avec moi une boîte de marrons glacés que je remis à mon hôtesse discrètement à notre arrivée. Elle m'avoua, esquissant une légère génuflexion du plus bel effet, qu'elle se damnerait pour des marrons glacés, ceux-là mêmes qui étaient confectionnés par ladite abbaye plus haut citée. Ce qui ne pouvait être que la marque d'un goût raffiné à l'extrême d'une personne forcément dépravée. Encore que l'éducation et la maîtrise de soi donnaient grande allure à l'écuyère. Ce qui m'intriguait, c'est que nous n'étions que des hommes invités à cette fin de soirée et qu'il était déjà bien tard. Après une collation servie au salon par la maîtresse de maison très accomplie, je dois manifester ici que Mademoiselle Yveline ne portait plus la même tenue de ville que le quart d'heure d'avant. Elle était maintenant vêtue d'une combinaison de vinyle noir glacé, et l'interminable fermeture éclair qui tendait l'ensemble de base en haut n'était tirée exactement si je puis dire, jusqu'au bout, et je crois bien me souvenir encore qu'elle portait également une perruque sombre qui lui allait à merveille, mais lui donnait un petit genre.

15*
Certains de mes amis commencèrent à montrer des signes de fatigue et montèrent à l'étage supérieur. Au bout de quelques instants, je me retrouvais seul dans le salon, quand j'entendis soudain un gong retentir dans les étages de la maison, la lumière baissa légèrement. Notre hôtesse arriva un brin exaltée pour m'avertir que la soirée était enfin commencée, et que je pouvais si je le voulais aller là où il me plairait d'aller, puis elle pivota sur ces talons vernis démesurément hauts et s'éloigna me laissant seul. Je ne constatais d'aucune façon la présence en ces lieux de personnel de maison, mais je venais d'entendre la clochette de la porte d'entrée tinter, et de joyeuses voix me parvenir du vestibule. Aussi il me sembla naturel de rejoindre mes appartements que je savais devoir partager avec mes amis. Je pris, comme on me l'avait indiqué le premier escalier à droite et j'allais commencer à le gravir, certain de trouver rapidement mon chemin, quand un étourdissement m'obligea à m'asseoir. Il faut signaler, qu'en plus de l'heure tardive et de la collation, il régnait en ces lieux une forte odeur d'encens et de lourds effluves de parfum diffusé par de petites lampes ciselées déposées dans des niches murales à cet effet. Ma vue se troubla quelques instants, mais je m'efforçai de reprendre mon chemin. Arrivant au départ d'un long couloir tapissé de velours damassé, titubant je m'avançai vers une porte entrouverte. Et là, surpris par la vision qui s'offrait à moi, je distinguais, coiffée d'une perruque blonde poudrée, la Joly Milady, vêtue d'une robe de satin dégrafée, laissant voir son magnifique dos d'albâtre. Une bretelle céda et je pus remarquer un tatouage brun sur son épaule gauche, mais la Joly marquise tenait un poignard à la main et en menaçait une soubrette aux longues tresses, fort dénudée à genoux qui implorait le pardon. Ne souhaitant pas être indiscret, je reculai de quelques pas et m'avançai plus avant dans le couloir. Un peu plus loin, par une fenêtre ovale éclairée, sorte d'oeil-de-boeuf, je distinguai au centre d'une pièce gracieusement décorée, une montagne humaine assise sur un trône, couverte d'une vaste robe à volant de soie bleue très décolletée et chargée de bijoux scintillants. Agrippé à la chose tel un enfant pendu à la mère, je reconnus un peu déconcerté l'annamite peu poilu qui, la tête renversée, tétait avec grands bruits de succion le lobe d'oreille de la plantureuse créature. Cette dernière se pencha pour saisir la tête dégarnie entre ses mains, et je constatais avec répulsion que la poitrine abondante émergeant du décolleté était envahie de poils grisonnants traversée d'un lourd collier de grenats étincelants ; du visage outrageusement fardé émanait une étrange expression de satisfaction. Je m'arrachai à la fascinante expression et passai devant une nouvelle porte entrouverte. Quand je reconnus aussitôt les deux étudiants havrais couverts de cuir noir, piétinant des corps nus sous leurs bottes ferrées. Je n'oserai ici mentionner leurs noms par pure convenance, mais c'était bien un Olivier L qui maniait une cravache et en distribuait des coups retentissants sur les chairs rougies, aussitôt suivies de gémissements lascifs. Quant à l'autre spécimen, un certain Jean-Luc B, il était inregardable, portant une culotte de cuir serré aux cuisses, mais découverte des deux côtés pour plus d'affront, avec un gilet lassé par-derrière lui moulant extrêmement le torse. Les bras ceints de lanières de cuir clouté, il tirait de longues courroies attachées à des colliers de métal serti au cou des victimes, redressées par la terrible traction, qu'il piétinait sans indulgence de ses talons pointus. Les gémissements étaient trop cruellement ressentis pour demeurer en ces lieux où sévissaient ces créatures hors normes et dont j'avais jusqu'ici la meilleure opinion et engagé toute ma confiance.
C'est alors que le vertige me saisît et m'égarant, j'accédais dans une vaste salle joliment éclairée, sauf en sa partie centrale rayonnait une pâle lumière bleue de l'intérieur d'une bulle de verre d'où jaillissait quelque subtile musique. Au travers de la paroi translucide, je distinguais trois femmes également nues et belles, chacune dans leur spécificité offertes aux regards des curieux ; affichant une aise et une grâce hors du commun, elles semblaient sourire ou en proie à une sorte d'extase. Basculant en leur centre, les jambes superbement relevées, elles donnaient l'apparence de danser leur propre beauté, plutôt qu'engagées dans une discussion de salon. M'approchant de l'extraordinaire vision, je reconnus alors les trois sorcières sus-citées esquissant des gestes d'appels, une soubrette apparut bientôt apportant un magnifique nécessaire de toilette sur un plateau d'argent. Celle-ci était également peu vêtue, juste un adorable petit tablier blanc couvrant peu le reste fort dénudé en équilibre sur de vertigineux talons aiguilles. Avançant avec difficulté, je reconnus alors la jeune Ophélie aux longues tresses, coiffées en macarons. Je m'étonnais de la voir aussi gracieusement vêtue, et je ne pus m'empêcher d'avoir une compatissante pensée pour le beau fiancé trop confiant qui ne devait être au courant de telles activités en ce lieu de perdition. Quand soudain une des trois grâces émit quelques gestes en direction d'un point éclairé de la pièce et le stupéfiant spectacle qui s'offrît me porta quelques rougeurs au front. Le malheureux fiancé était ficelé nu, pendu par les pieds et les mains liés à une épaisse corde qui tombait du plafond et tournoyait ainsi lentement sur lui-même, offert de tout son poids et de toute sa nudeur à l'effronterie des maîtresses du lieu.
Tout consterné par ce que je venais de voir, je ne pus aller plus avant sans m'obliger à passer devant une nouvelle porte à deux battants grande ouverte, sur laquelle étaient peintes les lettres suivantes : CLOAQ, d'où s'échappaient des cris d'horreur stridents. La vision qui s'offrit à moi fut difficilement soutenable, je découvrais couchés à terre formant un cercle, une nuée d'enfants nus se tortillant lubriquement tels des vermisseaux, qui regardaient vers le haut attendant le salut d'une altière vision. Cela en était trop, il me semblait que je devais réagir plus vivement à de telles visions, c'est alors qu'un cri déchira à nouveau le silence, et je m'aperçus qu'il ne s'agissait pas d'enfants mais de nains d'une anatomie bien adulte celle-là, livrés aux comportements les plus licencieux. Levant alors les yeux, je découvris et reconnus tout à fait dame Ridoine, qui pendue à un lustre, habillée d'une robe de soirée en lamé fendue sur le côté et chaussée de talons de vingt centimètres au moins, les cheveux plus blonds et lustrés, poussait des cris d'horreur, regardant vers le bas, en proie au vertige. La malheureuse tendait désespérément une main vers quelque secours inaccessible. Alors qu'un puissant projecteur aveuglait de son intense faisceau la malheureuse en perdition, une voix provenant d'un haut-parleur lui criait sans cesse avec un fort accent british "plus de naturel Carinn, plus de naturel, my dear !" Non loin de là, assis sur un trône à roulettes, le Pisthoi en personne, recouvert d'une toge d'un plissé parfait, ricanant d'un sourire de murène, le corps couvert de pustules et de plaies ouvertes, souleva sa jupe et me désignant l'endroit à maintes reprises de son index, toujours ricanant, fit apparaître d'entre ses jambes glabres un nain d'or. De son autre auguste main tendue, il actionna fébrilement à maintes reprises une télécommande en direction du tas de corps nus se trémoussant encore, et aussitôt la scène changea d'aspect, le noir emplit soudain l'espace indéfiniment...


menu contextuel

 2002

The Series of the year :
129, 130, 131, 132, 133, 134, 135, 136, 137, 138, 139, 140, 141, 142, 143, 144, 145, 146, 147

The special Series :
- 142 Parcours Croisés

Encounters of the year :
Bourg en Bresse, Hérouville St Clair, Loguivy Plougras, Forbach, Villefagnan & Grosbout

The Events :
- 5° Biennale de Fléchettes
- 1° Rassemblement des O.R.C.
- 1° Biennale de Bäckeoffe

cARTed Newsletters :
Demander l'inscription
Ask to subscribe

Participer à cARTed
inter-4
inter-5

COLLECTION

Pour la sortie de chaque série de cartes une rencontre entre les participants et d'autres artistes est organisée, toujours dans une ville différente.

Loguivy Plougras, Côtes d'Armor, France

chaîne cARTed